Endettement de notre économie - Les chiffres

Endettement de notre économie - Les chiffres

13 chiffres significatifs à connaître pour prendre la mesure de la sphère financière et de l’endettement de notre économie

La parution très récente d’une étude du McKinsey Global Institute intitulée « Debt and (not much) deleveraging » portant sur l’évolution de l’endettement global depuis la grande crise financière de 2008 et ses conclusions instructives sont l’occasion de rappeler treize chiffres particulièrement illustratifs du poids de la sphère financière et de la dette dans l’économie mondiale.

Pour mémoire, l’origine de la grande crise financière de 2008, communément appelée « crise des sub-prime », provient d’un excès d’endettement, tout comme la crise en Asie du Sud-est dans les années 1990 et la crise latino-américaine dans les années 1980.
Les ordres de grandeur des treize chiffres qui vont être cités sont si considérables qu’ils peuvent en devenir ou apparaître abstraits, voire irréels.
Ces chiffres sont pourtant bien réels et, de façon concrète, déterminent significativement l’environnement économique et ainsi les conditions de vie quotidienne de tout un chacun.
Si le quantum de ces différents chiffres semble inintelligible, le rapprochement de ces chiffres permet de faire abstraction de leur ordre de grandeur inhabituel et d’apprécier de façon relative leur véritable poids respectif et leur signification sur la financiarisation avancée de l’économie mondiale.
Certains chiffres sont fournis spécifiquement pour les Etats-Unis, en leur qualité de première économie mondiale en valeur absolue, d’autres pour le monde entier.

Quelques chiffres significatifs :

  • 17.711 Mrd$, le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis (estimation à fin 2014)
  • 1.340 Mrd$, soit 7,6% du PIB des Etats-Unis, le montant de dollars (USD) en circulation (papier monnaie) dans le monde entier à début janvier 2015
  • 18.132 Mrd$, soit 102% du PIB des Etats-Unis, le montant total de la dette publique des Etats-Unis à début février 2015
  • 57.982 Mrd$, soit 327% du PIB des Etats-Unis, le montant total de la dette publique et privée (particuliers et entreprises) aux Etats-Unis en pourcentage du PIB (estimation T3-2014) ; pour mémoire, à fin 1980, fin 1990, et fin 2000, ce ratio dette totale sur PIB s’élevait respectivement à 158%, 230%, et 259%
  • 75.593 Mrd$, le produit intérieur brut mondial (dernière estimation de la Banque Mondiale)
  • 199.000 Mrd$, (263% du PIB mondial) le montant total de la dette publique et privée (particuliers et entreprises) mondiale en pourcentage du PIB mondial (estimation à mi-2014 de l’étude McKinsey précitée)
  • 230.221 Mrd$, soit 1.329% du PIB américain et 331% du PIB mondial, le montant notionnel des contrats/ produits dérivés des 25 plus grosses banques commerciales et institutions financières américaines (uniquement) au 31 mars 2014
  • 769.400 Mrd$, soit 1.018% ou plus de 10 fois le PIB mondial, le montant notionnel minimal des contrats/produits dérivés (de gré à gré (OTC) et sur les marchés réglementés) dans le monde entier tel qu’estimé par la Banque des Règlements Internationaux au second semestre 2014 ; le montant total maximal est estimé à près du double, soit 1.500.000 Mrd$ et près de 21 fois le PIB mondial
  • 90%, le pourcentage du montant notionnel total de ces contrats/produits dérivés échangés de gré à gré (marché OTC), donc en dehors des marchés réglementés, selon les estimations précitées de la Banque des Règlements Internationaux
  • 67.637 Mrd$, soit 390% du PIB américain et 89% du PIB mondial, le montant notionnel des contrats/produits dérivés de JPMorgan Chase Bank au 31 mars 2014, la banque américaine ayant la plus grosse exposition aux produits dérivés
  • 474 (ou 47.391%), le ratio entre le montant notionnel des contrats/produits dérivés de Goldman Sachs Bank et le total des actifs de cette banque au 31 mars 2014 ; pour les 25 plus grosses banques commerciales et institutions financières américaines (incluant Goldman Sachs), ce ratio est de 24 (ou 2.429%)
  • 57.000 Mrd$, soit une augmentation en volume de 40% représentant 17% du PIB mondial, l’accroissement selon l’étude de McKinsey précitée de l’endettement total mondial entre 2007 et 2014, donc depuis la grande crise financière de 2008 causée par un excès d’endettement 
  • 5, le nombre de pays dans lesquels l’endettement global a reculé depuis la grande crise financière de 2008 ; parmi ces 5 pays engagés dans un processus de désendettement ne figure aucun grand pays dit « développé ».

 

Synthèse

Plus que jamais, l’économie mondiale est actuellement basée sur la dette (dette bancaire ou autre), sur une dette considérable estimée représenter plus de trois fois le PIB mondial, donc plus de trois années de production de richesses.
Cette dette apparaît cependant modeste et peu significative par rapport au montant notionnel total des produits financiers dérivés, lequel représente selon les estimations entre 10 et plus de 20 fois le PIB mondial et traduit la financiarisation très avancée de l’économie mondiale, et ce même dans les pays dits émergents.

En savoir plus

OTC - Over-the-counter - (Dé gré à gré) sur notre FAQ


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *